Est-ce que votre architecture est organique ?

greek-house-1428553-m

Bon, il fallait que j’en parle, cela me tracasse depuis longtemps. Est-ce que vous savez que le terme « organique »  est inapproprié lorsque l’on parle d’une architecture en informatique ou du rôle architecte organique ? C’est un de mes anciens collègues, Guy Larochelle, qui m’avait déjà expliqué cela il y a quelque années.

En passant, noter que cette opinion, comme dans tous mes billets, est la mienne et ne représente pas nécessairement celle de mon employeur actuel.

Pour répondre à la question qui fait le titre de ce billet, Est-ce que votre architecture est organique, je répondrai : j’espère bien que non !  Votre architecture (logicielle) ne devrait pas idéalement être organique.  Je m’explique :

Au Québec et en particulier dans la région de la ville de Québec, chez les organismes gouvernementaux et certaines grandes compagnies, ce terme est associé régulièrement aux noms suivants:

  • Architecture organique
  • Architecte organique
  • Analyste organique
  • Concepteur d’architectures organiques

Pourtant, si on regarde la définition « officielle »  sur Wikipédia (français) de l’architecture logicielle, qui est le vrai terme ici en passant, on retrouve une mention de ce qu’est une architecture organique:

Bien des logiciels ont été créés sans architecture par plusieurs générations de développeurs ayant chacune usé d’une imagination débordante pour réussir à maintenir l’intégrité du système. Une telle absence d’architecture peut être qualifiée d’architecture organique. En effet, un développeur confronté à une telle architecture a plus l’impression de travailler avec un organisme vivant qu’avec un produit industriel. Il en résulte que la complexité du logiciel fait en sorte que celui-ci est extrêmement difficile à comprendre et à modifier. À la limite, modifier une partie du système est plus proche, en complexité, de la transplantation cardiaque que du changement de carburateur.

Rien de bien élogieux ici. Je ne crois pas qu’au Québec, nous sommes les champions de ce genre d’architecture, aussi parfois appelé « big ball of mud architecture ». Je pense que nous ne sommes pas mieux, pas pire qu’ailleurs.

Bien que les origines de cette erreur remontent à plusieurs années et je crois qu’il est inutile de déterrer tout cela et de blâmer quiconque.  Vaut mieux se concentrer à corriger cette expression erronée. Mais comment faire ? Bonne question. Pour commencer, pourquoi ne pas y aller avec simplement ainsi:

  • Expliquer à notre entourage que le terme « architecture organique » est erroné et qu’il vaut mieux utiliser « Architecture logicielle ».
  • Dans nos titres, rôles, affichage de poste ou dans nos CV, remplacer « architecte organique » par « architecte logiciel » lorsque c’est le cas.

Vous avez d’autres idées ?

Références :

Publicités

Top 5 – Lectures 2012

J’ai fait plusieurs lectures en 2012 et sur des sujets diverses. Je vous propose ici une compilation Top 5 des meilleurs ouvrages liés au domaine de l’informatique que j’ai lu dans le courant de l’année 2012:

1. Software Architecture for Developers par Simon Brown

Excellent résumé de ce que fait (et devrait faire) un architecte logiciel et comment partager sa structure et sa vision à l’équipe. L’auteur, Simon Brown, nous montre son côté pragmatique dans cette vue d’ensemble. J’ai apprécié particulièrement les parties sur le rôle d’architecte et la façon de concevoir et de communiquer le logiciel.

On y parle aussi de l’agilité et de son impact sur l’architecture ainsi que la notion qu’un diagramme UML n’est pas toujours nécessaire. Noter que ce livre est publié de manière indépendante sur « Leanpub » et est toujours en évolution. Un « Must » à lire pour tout développeur ou un architecte logiciel!

Lien du livre sur LeanPub

 

2. Specification By Example par Gojko Adzic

Gojko Adzic nous a écrit un 2e livre sur les spécifications.  Son premier, Bridging the communication gap, était surtout de nature théorique. Cette fois-ci, on nous présente les expériences de personnes et organismes différents avec l’utilisation de la spécification par l’exemple. En plus de cela, nous voyons comment Gojko a fait évoluer sa pensée sur la spécification et après quelques chapitres, nous allons au-delà des notions de base.

Soit dit en passant, ce livre ne parle pas de code ou d’outils. Seulement des principes et des pratiques utilisées pour communiquer les spécifications dès le début d’un projet logiciel jusqu’à sa fin.
Un des beaux résultats de cette approche est que tout le monde dans une équipe de développement logiciel travaille à avoir une « Documentation vivante » au lieu d’un tas de papiers classés quelque part dans un classeur.

Je recommande cette lecture à toute personne impliquée dans la création de logiciels. En particulier si utilisez les approches suivantes:  Behaviour Drive Development (BDD), Acceptance Test-Driven Development (ATDD), Test-Driven Development (TDD) et le Domain Driven Design (DDD).

Liens commandités du livre sur Amazon : France | Canada | USA

 

3. Techical Blogging par Antonio Cangiano

Si vous êtes sérieux à propos des blogues, ce livre est pour vous. L’auteur, Antonio Cangiano, couvre de nombreux aspects liés à l’écriture de blogue tels que la planification, la création de contenu, la promotion, le référencement, les avantages et les médias sociaux. Certains aspects sont directement liés à l’outil de blogage WordPress, mais la plus grande partie du contenu de ce livre peut être appliqué à n’importe quel type de blogue.

Liens commandités du livre sur Amazon : France | Canada | USA

 

4. Steal like an Artist par Austin Kleon

L’auteur, Austin Kleon, nous donne 10 règles pour développer notre créativité. Ces règles peuvent être utiles à toute personne, artiste ou non. En fait, pourquoi voler comme un artiste ? Parce que rien n’est original finalement… Le livre est aussi magnifiquement illustré et le papier utilisé pour imprimer le livre est de grande qualité. Le résultat: un excellent livre sur la créativité et la productivité qui se lit très bien. Inspirant !

Liens commandités du livre sur Amazon : France | Canada | USA

 

5. Impact Mapping par Gojko Adzic

Un 2e livre de Gojko Adzic dans mon Top 5 (eh oui !). Celui-ci est un peu différent toutefois. En fait, il s’agit plutôt d’un guide qu’un d’un livre en soit. L’auteur nous présente une technique pour mieux comprendre, mesurer et aligner les objectifs de l’entreprise avec la planification de la livraison d’un produit logiciel. Voici le « Impact Mapping » qui est une sorte de schéma heuristique (ou « Mind Map ») pour représenter les aspects suivants: But (pourquoi), Acteur (qui), Impacts (comment) et  le Livrable (quoi). Aussi, le livre est magnifiquement illustré. Je recommande vivement d’obtenir la version papier.

Liens commandités du livre sur Amazon : France | Canada | USA

Agile Tour 2012: Les sessions Partie 2

Voici mon compte rendu des sessions de l’après-midi lors de l’Agile Tour Québec 2012. La partie 1 est ici.

Le Programmeur Lean Startup par Olivier Gourment

Olivier Gourment nous a offert une bonne présentation avec quelques touches d’humour. Parfait pour ne pas s’endormir après le repas du midi. Trois thèmes principaux étaient présentés. Les voici donc avec mes commentaires:

  • Lean Startup : Une introduction au Lean Startup est faite ici en expliquant le cycle « Construire – Mesurer – Apprendre ».  Le but dans un Lean Startup est d’apprendre le plus rapidement possible afin de construire le produit minimal viable. Très intéressante approche, que ce soit pour une entreprise en démarrage ou un projet interne dans une compagnie bien établie.
  • Code: Le code est souvent trop « gras » et nous ralentit. Il faut alors l’amincir avec du « Refactoring ». On fait la revue de quelques autres bonnes pratiques de programmation. Classique, mais toujours bon d’en faire le rappel.
  • Programmeur: On parle ici qu’il faut un peu du rôle de programmeur dans la vie de tous les jours. Olivier recommande d’adopter les pratiques d’ingénierie agile, prévoir la formation continue. Il a mentionné aussi un fait avec lequel je ne suis pas totalement d’accord: avoir des juniors dans notre équipe pour permettre l’innovation. Je crois davantage que l’on peut innover à tout âge. Pour favoriser l’innovation, j’irais en ayant simplement une équipe diversifiée et variée avec des gens différents, peu importe l’âge.

En conclusion, plusieurs sujets très intéressants ont été survolés. Mais je trouve que les sujets manquaient un peu de profondeur par moment. Aussi, les liens entre les trois thèmes principaux sont plus ou moins directs, mais bon ce n’est pas trop grave. Bonne prestation d’Olivier Gourment somme toute.

Références :

Le rôle de l’Architecte Agile par Jean-René Rousseau et Mathieu Boisvert

Sujet fort intéressant pour moi. Je ne pouvais me résoudre à aller voir toute autre présentation.

Question intéressante posée d’amblée: peut-on faire de l’architecture en amont en Agile ? Bien sûr que oui, on peut en faire un peu. L’architecture est quand même nécessaire afin d’avoir un aperçu des risques et complexités des problèmes à résoudre. Les approches Agiles occasionnent plusieurs impacts sur le rôle de l’architecte. Deux ont été ciblés et discutés lors de cette présentation:

  • Émergence et Incrémentalité: Il s’agit ici de bien balancer Anticipation et Adaptation afin de, sans trop tout détailler, avoir une architecture souple et ouverte aux changements.  On parle aussi d’établir des patrons de démarrage de projet. Aspect intéressant qui a été mentionné aussi: prévoir une stratégie pour gérer et planifier les considérations d’architecture.
  • Collaborer avec les équipes: L’architecte a son lot de responsabilité au sein d’une équipe. Il se doit de prévoir une stratégie de communication et accompagner son équipe. Il arrive souvent qu’il doive s’occuper de plusieurs projets en même temps. Mais, si la disponibilité le permet, la meilleure place pour lui est d’être équipier. Et je suis très en accord avec ce point. Ainsi, en étant équipier, il pourra davantage transmettre son savoir, guider l’équipe et aussi programmer à l’occasion. Ou mieux, faire de la programmation en paire histoire de se mettre à jour et faire un transfert de connaissance. Car un architecte qui ne code jamais risque de devenir un architecte dans sa tour d’ivoire.

Un problème que je remarque parfois dans les organisations, c’est que l’architecte logiciel est davantage un titre qu’un rôle.  Au lieu d’être un titre attribué, l’architecte logiciel ne devrait-il pas être un rôle, comme le ScrumMaster, qui est attribué selon le projet et peut changer à l’occasion ? J’imagine bien une équipe de programmeurs qui fait la rotation de ce rôle ou encore mieux, que ce rôle soit partagé par tous les membres de l’équipe. Cela ferait de très bons échanges de connaissances tout en permettant à tous de faire du code régulièrement. Bon, c’est peut-être une idée utopique, mais bon, cela fait du bien d’en parler.

Bref, malgré le fait qu’on dirait par moment que nous avons davantage le point de vue d’un architecte fonctionnel que d’un architecte logiciel, plusieurs points intéressants ont été amenés dans cette présentation. J’espère que d’autres présentations de ce genre suivront, car je crois que le sujet mérite d’être encore débattu, discuté et approfondi.

Références :

Agile Tour Québec 2012: Les sessions Partie 1

Bien que j’étais un organisateur, j’ai pu assister à plusieurs sessions lors de l’Agile Tour qui a eu lieu le 6 novembre dernier à Québec. Voici donc mes impressions sur ce que j’ai vu dans les sessions du matin (ceux de l’après-midi seront dans le billet Agile Tour 2012: Les sessions Partie 2):

Développement orienté comportement et automatisation des essais d’acceptation (BDD)

par Christian Roy et Jean-François Nadeau

Je connais bien le sujet (Behavior Driven Development ou BDD) et aussi l’outil Specflow que j’ai recommandé et appliqué sur un de mes projets. Specflow est comme une sorte de version .Net de l’outil « Cucumber » qui est utilisé pour automatiser des tests d’acception qui fonctionne avec le langage Ruby. J’étais curieux de voir comment les présentateurs avaient utilisé le tout dans leur contexte. La présentation se divisait en trois parties:

  1. Théorie
  2. Démonstration
  3. Leçons apprises

Présentation très dynamique et amusante au début pour expliquer la théorie. Cela a fait un peu contraste avec la démo, mais bon c’était très intéressant somme toute. Dans la démo, on montrait l’utilisation de Sélénium Web Driver avec Specflow. Le tout était réalisé avec le patron du « PageObject ». C’était très intéressant. Par contre, je reste avec l’impression que c’est toujours un peu lourd de tester la couche graphique, et ce peu importe l’outil. On a peu parlé du TDD et de comment il s’intègre avec le BDD. Je m’interroge toujours un peu sur cet aspect que je trouve important et négligé. Je crois que les tests unitaires ne doivent pas être ignorés même si on a des tests d’acceptation automatisés grâce au BDD. J’aimerais bien voir un bel exemple pratique de tests BDD et de tests unitaires côte à côte dans un projet. Dans les leçons apprises, on a parlé de l’outil Amnesia pour aider l’exécution de tests avec une BD. Je suis intrigué, autre chose à regarder plus tard. Et un aspect que je trouve très important, les développeurs étaient impliqués dans la création des scénarios. En bref, une bonne présentation et de bonnes discussions ont eu lieu.

Références:

Propulsez votre architecture avec les TDD et les Mocks

par Félix-Antoine Bourbonnais

Mon collègue de Agile Québec, Félix-Antoine, n’est pas seulement dynamique lors de nos rencontres, il l’est aussi comme présentateur. C’est donc avec passion qu’il nous présente les différents styles de TDD avec les termes style « Classique/Chicago » ou style « Mock/London ». Je ne connaissais pas trop cette distinction, mais elle est similaire à d’autres termes comme le « State-Based testing » ou basé sur l’état et le « Interaction-Based Testing » centré sur les interactions.

Le TDD doit se voir avant tout comme un outil de découverte et d’aide à la conception de l’architecture logicielle. Les tests qui en résultent sont un peu comme un effet secondaire. Félix-Antoine nous a partagé son expérience en nous montrons ce qui est fondamental avec les tests, soit : Tester les modules en isolation. L’utilisation des mocks est une technique qui aide à cela. Encore faut-il que notre code soit bien organisé pour en profiter sans trop de « douleur ». C’est là, que l’application de bonnes pratiques comme l’utilisation d’abstraction (c.-à-d. les interfaces) , du « Clean Code », les principes SOLID et le « Tell don’t ask » sont très importantes pour réaliser de bons tests unitaires. L’idée est de combiner ces différentes techniques selon ce que l’on veut découvrir (conception ou algorithme). Pour finir, Félix-Antoine nous recommande fortement le livre « Growing Software Oriented by Tests » qui semble s’appliquer, malgré que les exemples sont en Java, aux différents langages orientés-objet.

Références:

Notes de Lecture: The Art of Unit Testing

J’ai lu ce livre il y a un an ou deux, mais il est toujours d’actualité et je trouvais important de vous en parler. D’une certaine manière c’est toujours bon de revoir ses bases de temps à autre. Ce livre est en quelque sorte un « must » pour tout développeur, notamment ceux qui font du .Net. Il existe aussi une version inspirée de ce livre chez le même éditeur avec les exemples en Java intitulé « Unit Testing in Java » qui sera publié cette année.

Premièrement, pour bien situer ce livre, ce dernier se concentre surtout sur l’aspect « Test unitaire » et non le TDD (Développement piloté par les tests). Ce dernier y est mentionné un peu, mais l’accent de ce livre n’est pas tout simplement pas sur cet aspect.

L’auteur, Roy Osherove,  nous fait découvrir de manière pédagogique plusieurs notions essentielles lorsque l’on veut progresser dans les tests unitaires, notamment vers des cas plus complexes. Et ce, dans l’environnement de développement .Net, malgré que la plupart des notions peuvent être adaptées pour un autre environnement de développement orienté-objet.

Le TDD avec des cas simples c’est bien beau et facile, mais cela peut se corser assez vite merci. On y voit alors dans ce livre plusieurs trucs, notions et techniques tels que:

  • Les techniques de base
    • Les Stubs
    • Les Mocks
    • Les différents frameworks d’isolation
  • Le code de test
    • L’organisation et la hiérarchie des tests…
    • Les bonnes pratiques pour les tests
  • Processus et conception
    • Intégrer les tests dans l’organisation
    • Travailler avec du « Legacy Code »

J’aime le fait que l’auteur dans les premiers chapitres s’occupe de bien définir les termes essentiels qui seront utilisés tout au long du livre tel que:

  • Test Unitaire
  • Test d’intégration
  • State-based testing / vérification d’état
  • Interaction testing / vérification de l’interaction avec d’autres objets
  • Système sous test
  • La régression
  • C’est quoi du « Legacy Code » ? (en fait c’est du code sans tests unitaires)
  • Refactoring
  • Seams
  • Fake
  • Dynamic Fake

Point que je trouve important et qui est aussi abordé dans ce livre, c’est comment nommer nos méthodes de tests. J’aime bien la formule que l’auteur suggère, soit de nommer en trois parties séparées par le caractère « _ »:

  • Nom de la Méthode
  • État du test
  • Comportement prévu

Ex.: IsValidFileName_ValideFile_ReturnsTrue()

Si vous avez beaucoup de tests dans votre projet, vous allez voir que ce type de nommage aidera le classement et permettra de facilement déduire le test d’après son nom.

Le Pattern AAA est aussi abordé dans le livrer et c’est un de mes préférés. Donc, je vais vous en parler un peu. Il s’agit en fait de faire notre méthode de test en trois « sections » fonctionnelles qui sont les suivantes:

  1. Arrange: On prépare les variables nécessaires et autres préalables.
  2. Act: Action sur l’objet ou la méthode que l’on teste
  3. Assert: On compare le résultat attendu versus celui obtenu.

Exemple:

[Test]
 public void CalculateSalesBonus_VendorWithSalesBonus_BonusMade()
 {
 // Arrange
 int salesNovember = 10000;
 var calculator = new BonusCalculator();

 // Act
 var result = calculator.CheckBonus(salesNovember);

 //Assert
 result.ShouldEqual(100);
 }

Un aspect important quand on établit notre code de test, c’est de commencer par l’assertion (et oui, on commence par la fin !). Cela rend plus clair par la suite la réalisation des étapes d’Arrange et d’Act. Ce conseil me vient de JR Rainsberger que j’ai eu l’occasion de rencontrer au Code Retreat à Québec en 2011.

Personnellement, je trouve que faire des mocks peut parfois être utile, mais il faut faire attention car cela peut nous amener à faire beaucoup de code. J’aime bien dans ces cas appliquer la règle de Pareto, ou celle du 80/20, c’est-à-dire qu’on ne fera pas du code 80% plus gros pour tester un 20% de notre application. Il faut y aller alors de manière pragmatique.

L’auteur parle aussi au chapitre 8 des manières d’introduire les tests unitaires automatisés dans une organisation, encore là, une bonne section du livre. Le facteur humain n’est pas à négliger ici, car le TDD et les tests unitaires, qui introduisent une nouvelle manière de concevoir notre code, peuvent provoquer des bouleversements au passage.

Bref, si vous faites du développement avec .Net ou Java, et que particulièrement vous trouvez que c’est dur de faire des tests unitaires (et vous avez raison, car ce n’est pas une mince tâche), ce livre peut vous aider.

J’ai fait un résumé des idées de ce livre (avec une certaine adaptation) dans le mind map suivant (cliquer pour l’agrandir) :

 

 

 

 

 

 

 

Mes points clefs:

  • C’est important de bien connaître les techniques de base (stub, mock et framework) afin de progresser dans la programmation des tests unitaires
  • Organiser les tests (nomenclature, projets), n’est pas à négliger pour établir un standard dans l’équipe de programmeurs
  • Pour implanter le TDD et les tests unitaires dans une organisation, il faut être prêt. Ex.: répondre aux questions, identifier les champions, gérer avec les « bloqueurs, avoir des buts spécifiques, etc.

 

Références:

Comment se déroulent vos revues de code ?

En lisant l’excellent article « What should a good code review look and feel like? » de l’auteur Roy Osherove, j’ai fait une réflexion sur la manière dont j’effectue des revues de code.

 Mon côté « Exteme Programming (XP) » irait de manière pragmatique avec seulement de la programmation en paire, ou « Pair Programming » pour la revue de code. Par contre, dans mon entreprise qui est dans le domaine de la finance, des audits de vérifications de qualité sont nécessaires. Donc, nous utilisons régulièrement une liste de vérifications de conformité que les programmeurs et analystes organiques remplissent lors de la revue de code.

Bien que ceci officialise cette validation, ce n’est pas complet comme exercice selon moi. J’aime bien, en plus de compléter notre liste de vérification, m’assoir quelques minutes avec le programmeur et regarder le code ensemble. Surtout si on parle d’un développement d’un nouveau composant. C’est plus « humain » et je constate qu’il se produit alors un meilleur transfert de connaissance et qu’il s’en suit de bonnes discussions au sujet de code.

Je me demande un peu comment ailleurs on procède lors d’une revue de code, en particulier dans les entreprises où la preuve de la vérification de la qualité du logiciel est requise. Des exemples  ?

Référence:

Sondage Développeurs Québec 2012

Quoi de mieux que de commencer l’année avec un petit sondage pour les programmeurs afin d’en savoir davantage sur le profil de notre profession !

L’idée de ce sondage m’est venue lors de la conférence principale de l’Agile Tour Québec 2011 par Robert C. Martin. Ce dernier, au début de sa présentation, avait fait un sondage éclair à main levée parmi les participants afin d’en savoir plus sur les technologies utilisées et les pratiques connues. La foule n’était pas composée à 100% de développeurs et donc les résultats peut-être un peu faux à ce moment.

Histoire d’en avoir le cœur net, j’ai préparé le court et simple sondage suivant:


Merci d’avance de participer à ce sondage, en particulier si vous avez un des profils suivants ou que vous programmer à l’occasion:

  • Développeur/Programmeur
  • Chef d’équipe
  • Architecte Logiciel
  • Testeur
  • Coach
  • Formateur
  • Entrepreneur

Les résultats du sondage seront publiés sur ce blogue dans quelques semaines. Merci d’y participer.